Colloque international "Adorno contre son temps"

, par Valérie Marchand

  • Organisé, Lucie Wezel (IRePh), Joana Desplat-Roger (HAR), Jean-Baptiste Vuillerod (Sophiapol) ; le colloque se tiendra les 2 et 3 mars 2017 à l’Université de Nanterre.
  • La qualité d’une pensée se perçoit à la manière dont elle fait bouger les lignes dominantes de son temps. Une pensée nouvelle n’est pas là pour réjouir, elle est là pour déranger, et si elle est toujours risquée, c’est en tant qu’elle n’esquive pas le difficile combat promis à qui veut critiquer les positions établies. Cela, Adorno le savait, lui qui, à l’été 1966, dans l’avant-propos de la Dialectique négative, écrivait : « L’auteur s’attend aux résistances auxquelles la Dialectique négative s’expose. » Au coeur de la dialectique négative d’Adorno, il y a une exigence polémique. A l’heure où Heidegger dominait largement le paysage intellectuel en Allemagne et en France, Adorno en faisait une virulente critique dans le Jargon de l’authenticité qui allait donner la première partie de la Dialectique négative. Alors que l’art populaire, du jazz au cinéma, prenait le pas sur l’art savant, Adorno faisait le choix, dans la Dialectique de la raison co-écrite avec Horkheimer, d’une critique de l’industrie culturelle et se plaçait du côté des avant-gardes esthétiques, de la nouvelle musique viennoise à la littérature de Kafka et Beckett. Et en un temps où la métaphysique n’avait plus bonne presse, il en renouvelait profondément la compréhension.
    Aborder l’œuvre d’Adorno à partir de ce pas de côté qu’elle a toujours su faire pour échapper à la pensée dominante de son temps, c’est tracer en elle une transversale à même de parcourir ses différents aspects, de la philosophie à l’esthétique et de la sociologie à la politique. C’est aussi interroger son actualité, car ayant été un penseur contre son temps, il se pourrait qu’Adorno soit aussi un penseur pour notre temps et que les combats d’hier fassent sens encore aujourd’hui. Nietzsche ne disait-il pas qu’il faut du temps avant que les écrits deviennent lisibles ?
  • Programme

Jeudi 2 mars

9h : Accueil des participants
9h30 : Ouverture du colloque et introduction

La théorie critique contre l’esprit du temps
Présidence : Stéphane Haber
9h45-10h15 : Katia GENEL (Université Paris I Panthéon-Sorbonne) : « La critique adornienne, de l’idéalisme transcendantal au matérialisme : Kant avec Freud »
10h15-10h45 : Christian BETHUNE (indépendant) : « Adorno-Benjamin : une amitié syncopée »
10h45-11h15 : discussion des deux conférences

Pause

11h35-13h00 : Table ronde des doctorant-e-s : « État des lieux de la recherche en France sur la philosophie d’Adorno » :
Agnès GRIVAUX (ENS-Ulm) : « Considérations intempestives sur la guerre et sur la mort – Adorno face à la psychanalyse »
Vincent CHANSON (Université Paris-Nanterre) : « Sur le statut de la critique de l’économie politique chez Adorno »
Aurélia PEYRICAL (Université Paris-Nanterre) : « La dialectique contre les théories de la connaissance. Portrait d’Adorno en baron de Münchhausen »

Pause déjeuner

Langue et dialectique
Présidence : Lucie Wezel
14h30-15h00 : Claire PAGES (Université François Rabelais, Tours) : « L’usage de la langue. Quelques réflexions sur la relation entre forme et contenu chez Adorno »
15h00-15h30 : Christian BERNER (Université Paris Nanterre) : « Interprétation et critique »
15h30-16h00 : discussion des deux conférences

Pause

16h20-16h50 : Alain Patrick OLIVIER (Université de Nantes) : « Identité et différence dans la pensée post-dialectique : les conférences de Paris de T. W. Adorno »
16h50-17h10 : discussion de la conférence

***
Vendredi 3 mars

9h : accueil des participants

Une esthétique à contretemps ?
Présidence : Joana Desplat-Roger
9h30-10h00 : Agnès GAYRAUD (indépendante) : « La critique comme forteresse : remparts adorniens contre le monde pluriel »
10h00-10h30 : Anne BOISSIERE (Université Lille 3) : « À contr’espace »
10h30-11h00 : discussion des deux conférences

Pause
11h20-11h50 : Gilles MOUTOT (Université de Montpellier) : « Anachronisme et teneur de vérité »
11h50-12h20 : Christophe DAVID (Université Rennes 2) : « Adorno contre le cinéma ? »
12h20-12h50 : discussion des deux conférences

Pause déjeuner

Le savant et le politique
Présidence : Jean-Baptiste Vuillerod
14h-14h30 : Emmanuel RENAULT (Université Paris Nanterre) : « Théorie et pratique »
14h30-15h00 : Olivier VOIROL (Université de Lausanne) : « La dialectique sociologique d’Adorno. Théorie de la société et recherche sociale »
15h-15h30 : discussion des deux conférences

Pause

15h50-16h20 : Isabelle AUBERT (Université Paris I Panthéon-Sorbonne) : « Adorno, contre l’oubli de la dialectique de la liberté »
16h20-16h50 : Robin CELIKATES (Universiteit Van Amsterdam) : « Critique et résistance chez Adorno : éthique, théorie sociale, politique ? »
16h50-17h20 : discussion des deux conférences
17h20-18h00 : conférence de clôture : Miguel ABENSOUR (Université Paris VII-Denis Diderot) : « La contingence de l’antagonisme »

Voir en ligne : Le carnet du Sophiapol

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)